Remedios Varo

MARIA DE LOS REMEDIOS ALICIA RODRIGA VARO Y URANGA

1908-1930 Enfance et études

1908

Naissance à Anglés (Catalunien), mère: Ignacia Uranga, basque, religieuse. Père: Rodrigo Varo, Andaluzier, freethinker, ingénieur hydraulique. Montre un grand intérêt pour la science et le dessin. Frères: Rodrigo et Luis, sœur: mort avant leur naissanceNaissance à Anglés (Catalunien), mère: Ignacia Uranga, basque, religieuse. Père: Rodrigo Varo, Andaluzier, freethinker, ingénieur hydraulique. Montre un grand intérêt pour la science et le dessin. Frères: Rodrigo et Luis, sœur: mort avant leur naissance

Plusieurs voyages intéressants liés au travail à travers l’Espagne et l’Afrique du Nord. Visite des écoles religieuses. Relation étroite avec sa grand-mère.

1917

Madrid: Remedios lit des livres scientifiques et développe de grandes compétences mathématiques et de dessin.

1924

Vient à la célèbre Académie de San Fernando pour la formation.

1930-1936 Premières œuvres et surréalisme

1930

Remedios termine ses études et participe à l’exposition de l’académie. Épouse son ami d’université Gerardo Lizzaraga à San Sebastian. Déménagé à Paris pendant un an, puis à Barcelone.

1932 

Travaux à l’agence de publicité Thompson. Entre en contact avec les artistes Jose Luis Florit, Oscar Dominguez et Esteban Francés, avec qui elle partage un studio.

Séparation de Gerardo Lizarraga, avec qui elle entretient une amitié intime.

Le GROUPE ADLAN (Amics de l’Art Nou) est fondé à Barcelone.
(Foto: Remedios Varo und José Luis Florit)
(Composición-1935)

1935

Remedios expose à Madrid avec Florit .

1936-1941 Guerre civile espagnole et Seconde Guerre mondiale

1936

Exposition de Barcelone de Logicofobists, précurseurs du surréalisme. Les trois œuvres exposées par Remedios sont introuvables. Elle peint « L’Agent double » et s´rencontre avec Benjamin Péret, qui se bat pour le mouvement anti-franquiste.

(Foto: Remedios und Benjamin Peret in México - 1941)

1937

Avec Péret, elle retourne à Paris et entre dans le cercle étroit d’André Breton, rencontre Max Ernst, Victor Brauner, Joan Miro, Wolfgang Paalen et Leonora Carrington. Tokyo : Remedios participe à l’Exposition internationale du surréalisme.  » Le désir » est imprimé dans le Français magazine surréaliste Minotaure.

1938

Ses œuvres apparaissent dans les magazines Trajectoire du Reve et Vissage du Monde. Elle participe à l’Exposition internationale du surréalisme à Paris et Amsterdam. Les peintres » De Titeres vegettales » et « las almas de los Montes » datent de cette époque.

1939-1940

 Remedios est emprisonné, peut-être parce qu’elle cache un déserteur Français. Les troupes d’Hitler occupaient Paris. Remedios et Péret s’enfuient à Marseille. Varian Fry leur permet de fuir vers l’Amérique.

1940-1948 Exil Mexique

1940

Mexico ; Remedios rencontre les surréalistes de Paris. Amitié avec Kati et Jose Horna, Leonora Carrington, Chiki Weisz, Eva Sulzer et d’autres. Wolfgang Paalen et Cesar Moro présentent leur peinture « Recuerdos de la Valkiria » dans l’Exposition internationale du surréalisme

1942

Remedios récupère des impressions du la fuit dell´Europe, le Mexique devient sa nouvelle maison, elle s’intéresse à l’art du pays, mais ne l’intègre pas dans sa travail.

1943-1944

Remedios s’intéresse aux enseignements du mystique Georges I. Gurdjieff, Eva Sulzer rejoint le groupe.

1947

 Séparation de Péret, qui retourne à Paris.

Venezuela et Bayer

Remedios commence un voyage de recherche au Venezuela avec une délégation Français, où elle rencontre également sa mère et son frère Rodrigo.
Remedios traite des études microscopiques des insectes et les peinte pour une campagne de santé et pour Bayer Mexique.
Remedios Varo signe ses œuvres « Uranga ». Elle a besoin d’argent pour retourner au Mexique et est à la recherche d’or avec Jean Nicolle dans l’Orénoco.

1949 Retour au Mexique

Remedios recueille des fonds et des rendements, mais continue de travailler pour des entreprises pour gagner leur vie.

1952-1963 Walter Grün et Remedios propre style

1952

Walter Grün permet à Remedios de trouver un foyer en étant en mesure de développer librement et la sécurité financière afin de se consacrer insouciante seulement à son art. Dans son travail, Remedios combine la nature, la science, le mysticisme et la fantaisie.

1955-56

La première exposition collective avec ses propres œuvres devient un succès et Remedios reçoit des ordres. Parmi ses admirateurs figurent Edward James, Ignacio Chavez, Alfonso Reyes et Carlos Prieto.

1958

Voyages en Europe et se rend compte que le Mexique est le pays où elle est heureuse. Cette année, elle recevra le premier prix « Plástica Femenina » de la Galerie Excelsior.

1960

Succès à la deuxième Biennale interaméricaine au Mexique. Avec sa inséparable amie Leonora Carrington, elle plonge plus profondément dans le mysticisme et les mystères du cosmos. L’alchimie, la Kabala, le Tarot, la Magie et le Mysticisme influencent son travail et sa pensée.

1962

Toutes ses œuvres sont vendues dans sa deuxième et dernière exposition, y compris sa « triptico ».

1963 

Après sa dernier ouvrage « Naturaleza Muerta resucitando », Remedios veut unir le cosmos, la nature et l’homme dans « Música del Bosque ». Malheureusement, elle ne peut pas finir ce tableau. Remedios meurt d’une crise cardiaque le 8 octobre 1963.

1963